dimanche 25 septembre 2011

J'ai rendu page blanche

C'est le 3eme article que j'écris aujourd'hui, et qui finit en onglet "supprimer". 

Cher lecteur, l'heure est grave, je suis en panne d'inspiration. Je n'ai que de quoi tenir un bon 10 lignes sur mes humeurs et mes constats du moment.
Comme par exemple: je viens de me rendre compte que je ne devais pas mener la vie que la société me disait de mener. Non je ne DOIS pas être à la mode, non je ne DOIS pas être mince, non je ne DOIS pas faire quelque chose de mon temps, non je ne DOIS pas être une super star... Bon beh alors je fais quoi, puisque je n'ai plus aucun devoir envers eux ? C'est du changement pour moi. Les portes s'ouvrent. Toutes d'un coup. Et je me sens comme une lycéenne devant un sujet de dissertation sans nom. "Vas y, écris ce que tu veux". Mais euh ce que je veux, genre ce que je veux ? 
Je me sens liberée, d'une certaine façon. Il n'y a plus de justification. Juste le temps qui passe. Mais c'est comme si cette liberté était une forme de pression. Celle de savoir que tu me lis, pour de vrai, et donc j'ai peur de te décevoir. Mes révélations restent mes révélations, et tournent vite comme un vieux disque rouillé. Donc plutôt que de viser des idéaux trop haut, on reste dans ces pantoufles à paillettes en buvant son Iced Tea Zero. Et puis comme ça, quand on ne fait rien, on ne prend pas de risque. Pas de risque, pas de résultats.

Bref, la peur de la page blanche arrive à tout "auteur". Je pensais échapper à cette vilaine règle. Mais non moi j'ai plus d'une idée dans ma sacoche. Je vais te parler du vernis bleu électrique que j'ai acheté hier chez HEMA. Ou alors du foulard fleuris au couleur de l'automne de chez H&M. Ah oui mais non, je m'étais jurée de pas virer en blog mode ou beauté. Il y en a déjà tellement qui font ça mieux que moi.


Je ne vais pas m'éterniser. Je tourne en rond. Tu l'as vu ? J'essayais de faire diversion, mais je pars finalement en prose freestyle. 

Je vais donc te faire une petite pirouette, une jolie révérence, et reviendront les idées quand elles voudront bien ! Tu m'attendras, hein dis ? Je ne vais pas bien loin, ne pars pas sans moi !

♥ ♥ 

PS: Je ne suis pas une radine, et si je n'ai pas d'inspiration, sache que d'autres en ont, un joli blog, qui vaut le coup d'oeil pendant tes longues soirées d'automne: http://www.lesdemoizelles.com/

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 22 septembre 2011

Divers et autres futilités.

Cette semaine j'ai pas mal de choses à raconter. Mais rien qui vaille la peine d'en faire un article en entier. 
Au mieux, juste une petite tartine...


♥  Dimanche, alors que je m'ennuyais fermement comme tous les dimanches, je décidâââhte de me faire une écharpe. Il faut savoir que j'ai commencé le tricot il y a un an. Commencer oui, c'est justement là le problème. Je ne sais faire que le point mousse. Résultat des courses, on dirait juste que j'ai tapé un sans abris dans la rue pour lui voler son écharpe. Cela fait de moi une cruelle Odile. Je voulais te montrer des photos, mais là c'est vraiment trop la honte.

♥  Mardi soir, j'ai été manger chez ma meilleure amie, avec mon autre amie d'enfance. Comme à chaque fois, je me rend compte que les amies (surtout les miennes) c'est juste formidables. C'est tout, rien n'exprime mieux c'te magnifique chanson de Calo "On n'est riche que de ses amis, c'est dit"

♥  Hier soir, je franchissais une étape que je peux marquer d'un petit tampon en forme de patte de Jules. C'était le dernier mercredi de ma stabilisation Weight Watchers. C'est rare que je sois fière de moi, mais là vraiment, j'en suis fière. J'ai accomplis quelque chose jusqu'au bout, sans flancher, et avec le sourire (ou presque). Allé, je t'avoue tout, j'ai perdu 8.7 kg, en 9 mois, et même que je rentre dans du 38 maintenant :) (beh uè, des chiffres, encore des chiffres)

♥  Ce matin, quand je me suis regardée dans le miroir, je n'avais pas changée. Du moins pas depuis hier. Mais en fait, j'aimais bien mes cheveux. Aussi, je me suis dit que je les avais coupé pour les avoir long. Et maintenant, je les aime bien court. Je me sens différente des autres. Genre je suis marginale. Rock n'roll. Du coup ça me relance dans un nouveau débat capillaire existentiel entre moi et moi même.

♥  Je m'étais dis que je ne ferais pas de shopping ce mois ci, car j'ai la chance d'avoir un travail qui me permet d'avoir des avantages vestimentaires (non tu n'en sauras pas plus, c'est même pas la peine d'essayer), mais la fièvre acheteuse me rattrape, et il semblerait que samedi je craque. J'en ai bien envie, de dépenser les sous que je n'ai pas. Comme ça, je ne serai jamais la plus riche du cimetière. 

♥  J'ai envie de faire mes cosmétiques maison. Mais j'ai peur que ce soit une énième lubie, donc d'acheter tout le petit matériel de chimiste, et après ne rien en faire. Alors évidemment je ne fais rien. Mais comme dirait Olisushi, au moins, ça je le fais bien.

♥  Aujourd'hui à la cantine, le cuistot il avait fait une omelette, et ça c'est vraiment nul. Non pas parce que j'aime pas les omelettes, mais pour fêter un premier jour d'après régime bof quoi. Heureusement, hier soir, j'ai mangé un énorme chou à la crème, plein de chantilly et de fruits rouges. J'aurai du le prendre en photo tiens. Yum !

♥  La semaine passé, un chat miauleur passait ses nuits sur ma terrasse à me roucouler des chansons d'amour. Exaspérée, j'écrivais une lettre à l'entierté de mes 180 voisins afin que ce chat cesse, au risque d'avoir à faire au dogue et à ma garde robe entière de pyjama Hello Kitty. Aujourd'hui, je ne l'entend plus, et ma lettre a eu un franc succès. Je me dis que je devrais écrire un recueil de lettres drôles à l'attention des gens moins drôles. Ou alors des sketchs peut être ?

♥  L'article touche à sa fin, et je n'en ai pas trouver une. De fin. Et toi mon p'tit lapin ? Ça boum? On fait comme on a dit ? J'm'arrête là et toi tu continues ?

♥ ♥ 


Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 18 septembre 2011

Ma vie sans Facebook.


Il y a quelques mois (la veille de mes 27 ans.... tiens tiens...), je prenais une grande décision: me désintoxiquer de Facebook et de Twitter. Je n'en avais parlé à personne car j'entendais déjà les mauvaises langues me dire "tu reviendraaaaaas, c'est trop nul Facebook sans toooooi".
Parce que Facebook, j'en étais une adepte. Je passais des heures dessus.... Des journées et des soirées entières. A cliquer sur une photo, un nom, découvrir des gens qui n'avaient pas bloqué leur profil. Victoire ? Non, je ne faisais que fouiner. 
Par la même occasion, je twittais. Forcément mes 2 comptes étaient reliés. Mon premier geste du dimanche matin : "Bonjour monde internet" #3615malife on Twitter.
Et sans m'en rendre compte, j'étais devenu accroc.
Le pire dans tout ça, c'est que cela ne me servait strictement à rien. Je n'avais pas 384 amis à qui je ne parlais pas, puisque j'avais déjà décidé de limiter mon Facebook à mes amis et ma famille proche. Donc j'épiais la vie des gens que je connaissais déjà très bien. Pathétique. Quant à twitter, je devais avoir à peu près aussi 35 abonnements, me limitant aux blogs que je suivais et je twittais ma vie à longueur de journée.
Tweet: "Je mange une tartine #cestbon"
Tweet: "Ya rien à la TV ce soir #cestnul"
Facebook ne me servait a rien, Twitter ne me servait à rien, à part tout simplement perdre mon temps à attendre que quelque chose se passe (une photo, un commentaire, un statut,...)

Aussi, un soir, non pas sur un coup de tête, j'ai tout supprimé. Je me suis effacée socialement. Les 2 premiers jours m'ont paru longs.... Longs.... Longs.... Ces jours là, j'ai reçu 2 mails d'amies qui me demandaient ce que je foutais, et un coup de téléphone d'un pote français avec qui je n'avais pas d'autre contact à part sur FB. Je me rappelle juste de ça. Le reste est passé comme une lettre à la poste. Ce n'était pas vraiment un défi que je me lançais, mais d'une façon comme une autre, c'en était devenu un. J'étais à peu près sure de ne pas tenir plus que 2 semaines, mais finalement, cela fait presque 3 mois maintenant et cela ne me manque pas du tout. Si ma consommation internet à diminuer ? (dit l'accroc en désintox) Non. J'ai un blog, un profil Hellocoton, que personne ne se leurre, je suis toujours une webaddict. Mais au moins je fais quelque chose d'intéressant sur le net : lire vos articles (comment ça, ça aussi c'est fouiner ?)

Bref, toujours est il, qu'arrêter FB/Twitter, c'était une petite bataille dans un monde où on ne parle plus que de ça. C'est comme si aujourd'hui, sans compte FB/Twitter, tu es tout simplement "mort". N'importe quel marque possède son compte, que ce soit le fromage Philadelphia ou Lady Gaga. Pour preuve, même pour participer à un concours sur la blogo, il faut pouvoir le relier sur son compte FB/Twitter, s'inscrire à la Fanpage ou retwitter. Personnellement je trouve ça un peu nul. A quoi ça sert ? A se faire plus d'amis FB ? A avoir plus de membre sur son Twit' ? A se sentir donc plus socialement important ? (et puis du coup, je peux jamais rien gagner moi, la ringarde sans Facebook) 
Et pourtant, je ne suis pas sure que ce sont des vérités. Nombreux sont les stars adulés sur le web, qui redeviennent juste Monsieur et Madame Tout le monde lorsqu'ils vont chercher leur baguette le matin tels des inconnus (référence à un article paru dans le Glamour de cet été).

Il y a quelques mois donc, j'ai supprimé ma vie sociale internet. Aujourd'hui je ne m'en porte pas plus mal, si ce n'est mieux. Avons nous ce besoin de fouiner, de guetter, d'attendre ? Avons nous besoin à ce prix tant de reconnaissance et de gloire cybernétique ? N'avons nous pas d'autres batailles à gagner sur des géants comme ça ? Encourager un petit blog sympathique, lire un bon livre, simplement appeler ses amis pour savoir comment ils vont, plutôt que d'attendre de le lire sur leur statut...

#tweet #dimancheconfession "Bonne journée"

♥ ♥ 



Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 15 septembre 2011

(2x10) + 8 - 1. Le compte est bon, j'ai 27 ans !

Je vis un moment de remise en question intense pour le moment. Ce n'est pas forcément négatif, de se remettre en question. Ça nous permet d'avancer, de mûrir, d'aborder un autre point de vue sur notre misérable existence. Alors je réfléchis. J'y pense là nuit, le jour, dans mon bain et parfois à la toilette aussi, en lisant le Cosmopolitain (je suis d'humeur taquine aujourd'hui).
Depuis quelques mois, ça ne me quitte plus. Je met ça sur le compte des 27 ans. Forcément, ça ne peut être que ça. Moi qui me suis toujours moquée des gens qui avaient un problème d'âge, je ne pensais pas un jour devenir le dindon de la farce. Et pourtant, la vérité est bien là, mes 27 ans, je ne les assume pas.


Je ne les assume pas parce que je suis forcée de me rendre compte que ça y est je suis une adulte. Je le savais que ça me guettait. En même temps cela fait un moment que les responsabilités me ramènent à la réalité. Mais là, waw, 27 ans, ça te choc une jeune pleurnicheuse comme moi ! Ça y est ! Je ne suis plus un bébé. Fini d'appeler allô maman bobo. Maintenant je dois me débrouiller toute seule. Et c'est bien ça qui me fait peur. Je ne sais toujours pas changer une roue de voiture et ni cuisiner un waterzooi bien réconfortant. Suffit d'apprendre c'est vrai. Mais moi j'aime pas ça apprendre. A 27 ans, on n'apprend plus.

Ensuite 27 ans, ça signifie qu'on a cessé de grandir. Moi qui visais les 1m82, c'est foutu, je me suis arrêtée 19cm avant. Et 19cm, c'est un sacré morceau. C'est ne pas savoir attraper le pot de confiture. 19cm, c'est ne jamais devenir mannequin. C'est ça mes 27 ans, ne pas devenir celle que je voulais devenir quand j'étais petite: Barbie. C'est me rendre compte que ce corps que j'ai là, beh je risque de l'avoir encore un bon moment. Mis à part des mesures drastiques, je n'aurai plus jamais de 95 C, de long cheveux blonds bouclés et de grand yeux bleus. Pourtant l'air niais, celui là, je pense l'avoir bien choppé.

27 ans, c'est rire de ceux qui en ont 24 et qui bénéficie toujours des tarifs réduits. 
27 ans, c'est 3 ans avant les 30.
27 ans, c'est l'âge où on nous demande si on songe aux enfants.
27 ans, ce n'est pas vraiment un âge représentatif.  D'ailleurs on ne parle jamais de personne qui a réussit à 27 ans. Par contre parler de la malédiction d'Amy Winehouse et des autres chanteurs rebelles à cet âge là... On parle des jeunes prodiges de 14 ans, ça oui, mais ceux de 27, des clous. Je suis déjà trop vieille, on ne s'y intéresse déjà plus, à des comme moi. On est trop jeune pour occuper un poste à responsabilités, mais trop vieille pour un contrat premier embauche. On sait assez de choses, mais c'est mieux de pas en savoir trop non plus. Apprend, jeune insolente.

Ben oui ! Parce que, 27 printemps, ce n'est pas vieux. Je le sais que je possède toujours mon petit 2. Mais c'est comme s'il n'y avait de la place que pour les minettes de 25 ans ou les femmes "mûres" de 30 ans. Foutu âge de transition. Pourquoi dans ma tête je me sens comme déjà une vieille bique qui radote à la Brigitte Bardot ? Pourquoi j'ai l'impression que ça y est, il est grand temps de m'acheter un pot de crème antirides et de penser doucement à mon capital santé. Même au supermarché, je me sens obligée de me diriger vers les yaourts Calin++ pour prévenir de l’ostéoporose.

Alors est ce uniquement dans ma tête que ça se passe ? Où est ce une fois de plus cette foutu société qui nous renvoi cette image ? Comme je le disais plus tôt, toujours plus jeune, toujours plus lisse (et toujours plus mince). Certes ma poitrine n'est pas devenu une vieille paire de gant de toilettes, mais je les ai bien repérées ces 2 sournoises poignées d'amour qui n'était pas là du temps de mes "sweet sixteen".

Suis je vraiment trop vieille ?

Le temps avance mes amis, le temps avance. Tel un cheval fougueux, tel le Thalys Bruxelles-Paris,.... et croyez-moi, c'est pas aujourd'hui qu'on saura l'arrêter !

♥ ♥ 

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 14 septembre 2011

Tarte Roll'

Je t'avoue je n'avais pas trop envie de me fouler, et je n'étais pas trop inspirée pour écrire un article hors norme. Que veux tu, l'inspiration, c'est pas sur commande. Et puis en plus, confidence pour confidence, et de façon peu inattendue, je me lasse déjà doucement de mon projet photo. Oups !
Mais comme je chéris encore profondément cet espace web ainsi que la blogo, j'ai décidé en échange de te faire découvrir une petite série de blog que je lis attentivement. Histoire de faire passer la pilule !

Tête de thon  http://tete-de-thon.blogspot.com/
Un blog beauté raconté sur le "thon" de l'humour. De jolies manucures, des maquillages fantaisistes et un peu de cute attitude aussi.

Eva's Blog http://evasblog.illustrateur.org/
Un blog mode que je trouve plus original que les autres. Eva associe des tenues amusantes et girly, avec des combinaisons auxquelles on ne pense pas forcément. Ce que j'aime les plus ? Ces petites trouvailles bijoux pleine de nanimaux et brols en tout genre.

The Cookie Therapy ♥ http://blog.thecookietherapy.com/
Le blog Belge des 2 créatrices de cette marque d'accessoires que je "kiff trop sa race". Même que je possède déjà 2 sacs des saisons précédentes et je ne compte pas m'arrêter là.

Norman fait des videos ♥ http://normanfaitdesvideos.com/
Si tu ne connais pas Norman, il est temps d'aller vite faire un tour sur son blog. Ses vidéos sont à se tordre de rire et me remonte le moral direk' en cas de blues. Ma préférée ? La virilité.

Et si tu t’ennuies toujours après avoir parcouru tous ces blogs, n'oublie évidemment pas l'incontournable Hellocoton, le meilleur de la blogo féminine (et un peu masculine aussi je crois).

Sur ce, bonne lecture !

♥ ♥ 
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 11 septembre 2011

30 jours en septembre - 11# Ce qui m'inspire


Crédit photo: Odile Sacoche et bidouillage mixte perso

♥ ♥ 
Rendez-vous sur Hellocoton !

Hair 365 - Chap III.

Tu te rappelles ? C'était il y a un mois, je me lançais un super défi: Hair 365. Après de malencontreuses histoires, et après être tombée sur des blogs capillaires (ou journal capillaire) super intéressant, j'étais arrivée à la conclusion que voici: mes cheveux sont un désastre !

Je voulais devenir blonde. J'avais tenté de me faire une petite mixture maison, mais je m'étais loupée. Le coiffeur m'avait rattrapé ça sans même se moquer, ni me rater. 2 mois plus tard, la veille des vacances, avec un séchage et un lissage quotidien, mes cheveux étaient devenus de la paille. Aussi, j'avais décidé d'arrêter les conneries et de me reprendre en main. Mon plan d'attaque ? Plus de brushing, plus de fer à lisser, plus de merde sur mes cheveux. A cet époque j'ai filé à la boutique Lush.
Aujourd'hui ? Où j'en suis ? (on se croirait à un reportage M6: "1 an après, que sont ils devenus ?")

Alors, tout d'abord, j'ai appris en m'inscrivant sur un forum capillaire (Le jardin des chevelus), que Lush ce n'était pas ce qu'il y a de mieux. Mais étant donné que toutes mes économies étaient passées dans ces produits, je n'allais pas les jeter. Heureusement, on m'a rassurée en me disant que c'était parfait pour passer du chimique au bio. Je t'explique. Comme un shampoing classique du commerce, a tendance à te lustrer les cheveux à coup de crasse (notamment de silicone), on pense que le cheveux est brillant et en bonne santé. FAUX ! (comme dirait Norman). Le silicone te gaine le cheveux sur le moment même, mais te le bouffe à petit feu. C'est pourquoi, lorsqu'on passe au bio, on a juste l'impression d'avoir de la paillasse sur les cheveux, le silicone étant inexistant, il ne gaine tout simplement plus. C'est seulement après 1 mois que les résultats sont visibles, le temps que les derniers résidus s'effacent pour laisser place aux "vrais" cheveux. C'est donc pour ça que Lush est une bonne alternative, pour passer de l'un à l'autre. Pour ne pas que la différence de brillance soit flagrante et que le cheveux s'habituent petit à petit au bio 100%. L'explication Lush, ça, c'est fait !

Ensuite, je ne vais pas pouvoir te parler des résultats spectaculaires sur ma chevelure, étant donné, que comme tu le sais, que j'ai du la couper. J'en étais arrivée à un point d'abîmement tel, que plus rien était récupérable. Repartir sur de bonnes bases je devais. J'ai donc opté pour une coupe courte, afin d'éliminer le maximum de résidus chimiques dû aux colorations et décolorations intempestives.
Cela étant dit, je remarque quand même une net différence sur mes petites longueurs. Avec ma nouvelle routine, et mes bons gestes, je sens mon cheveux fin, doux et en bonne santé. Et ils ne tombent plus ! Après, de là à te dire si c'est la coupe ou les produits ?... Je ne voudrais pas te mentir.

Enfin bref. Il n’empêche que depuis 1 mois, je suis une routine stricte et j'ai éliminé pas mal de saletés. Pas toutes c'est vrai, un peu comme un régime, je m'octroie des sucreries. Explications.
Tout d'abord, je fais un masque d'une nuit entière une fois par semaine, avec le Jasmine Hair'Oïne. Si je fais le masque, je lave mes cheveux avec le Jonnie Juniper, et je ne fais pas d'après shampoing. Si je ne le fais pas, je me lave les cheveux avec les Fleurs du Mâle et j'après-shampointe avec le Veganese. Je lave mes cheveux tous les 3 jours.
Pour le séchage, j'utilise mon bon vieux Philips qui a une fonction 57° (thermo-protect qu'ils disent), et je le met sur ventilation 2 (la moyenne). Je laisse d'abord reposer ma tête le plus longtemps possible dans un essui, et je sèche de loin et dans tous les sens avec le sèche cheveux.
Il y a un dernier produit "chimique" que je me suis achetée, c'est une cire coiffante L'Oréal Professionnel (techni-art), car une petite coupe courte, demande un minimum de coiffage, j'aime bien quand même avoir une tête qui ressemble à quelque chose. Et je ne suis pas sûre que c'est cette cire qui fera que mes cheveux redeviendront comme avant.
Et enfin, en ce qui concerne le coiffage, c'est une fois tous les 3 jours, au moment du lavage avec un peigne (en plastique, parce que j'ai pas encore investis dans celui en bois ou en poil de sanglier).
Comme tu peux le comprendre, plus de laque, plus de gel, plus de brossage, plus de crêpage. La simplicité, et je le vis assez bien. J'ai aussi fait une cure de gélule de bière pendant 1 mois, et c'est vrai que depuis cette petite coupe, les racines deviennent bien apparentes (un bon 4cm).
Je vais d'ailleurs passer par la case coloration, qui constitue un réel dilemme existentiel pour moi (quoi ? comment ? quand ? quelle couleur ?...)

... Mais ça, c'est une autre histoire !

♥ ♥ 
Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 10 septembre 2011

Ma semaine en image avec 30 jours en septembre.

Suite de mon défi 30 jours en septembre. Je vous propose simplement une petite rétrospective de ma semaine en image par le biais de ce défi.

Mardi 06, c'était une grosse journée. A 14h justement, j'étais en réunion. Je l'avoue, j'ai du tricher pour cette photo et je l'ai prise le soir venu (de toi à moi, je me voyais mal dégainer mon iPhone devant mon boss en disant "euh s'cusez, pause, j'ai une photo à prendre pour mon blog").


Mercredi 07, une journée typique comme les autres. Auto, boulot, dodo. Dans mon jardin ? Je n'en ai pas, une petite photo de la vue de mon balcon. Et oui j'ai cette chance de posséder une grande terrasse qui me donne une incroyable vue sur Bruxelles, dans une rue très tranquille et très verdoyante.


Jeudi 08, dans mon assiette, je n'y suis pas justement. Petit moral de fin de semaine, stress, temps morose, fatigue de la rentrée.... C'est une assiette vide que je prend donc naturellement en photo.


Vendredi 09, je suis fan de mon nouveau sac "Mais il est où le soleil?", il est beau, grand et très coloré. Justement, un joli grigri en forme de soleil (logo de la marque) y est accroché. Parfait pour mon défi.


Aujourd'hui, mon humeur est au frigo SMEG. Un frigo magnifique que nous avons racheté à une collègue. Il est orange et complètement assorti à ma cuisine année 60. Ça "refroidit" les idées ! (Sauras-tu me retrouver dans le reflet orangé ? ).



♥ ♥ 

Crédit photo: Odile Sacoche via iPhone et PhotoToaster application
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 5 septembre 2011

30 jours en septembre - 5# A la TV

Je ne vous avais pas menti. Pourquoi le ferais je en même temps ? Je regarde bel et bien Secret Story (même pas honte). La maison des secrets, c'est trop du lourd ! La preuve en image pour le projet "30 jours en septembre" - Jour 5 !
Le thème du jour: A la TV.


Crédit photo: Odile Sacoche via iPhone / Photocabine application

♥ ♥ 

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 4 septembre 2011

30 jours en septembre - Jour 4.

Durant ma très longue après midi de ce dimanche, je suis tombée sur beaucoup de petits blogs qui participent à un challenge plutôt sympatique. Il s'agit du challenge "30 jours en septembre" lancé par Prettydays et InspirationsScrap (pour l'explication c'est ici). 
Comme tu as pu le lire dans mon dernier article, j'ai une vie plutôt passionnante. Aussi j'ai décidé de participer à ce challenge. L'occasion pour moi de me changer les idées et me tester à quelques choses de nouveau. Etre acteur de sa vie, qu'ils disaient.


Je prend donc le projet en cours, je commence au jour 4 qui est: "Aujourd'hui j'aime"....  Et donc aujourd'hui j'aime, mon nounou de chien. Jules le bouledogue français. D'humeur égale, attendrissant, dynamique et drôle. Têtu et envahissant aussi. Mais plutôt attachant. Tu ne le connaissais pas, je te le présente donc maintenant. C'est mon Jules.



PS: Tu es heureux ami lecteur ? Comme quoi ça sert de s'ennuyer, 2 articles un dimanche, tu peux le dire, j'ai pas chômé ! Bonne semaine à toi !

♥ ♥ 


Crédit photo: 30 jours en septembre et Odile Sacoche via iPhone
Rendez-vous sur Hellocoton !

Passionnez moi !


Je n'ai pas de passion. J'veux dire, oui c'est sûre, j'aime faire plein de choses, mais je n'ai pas un passe temps, un vrai truc. Je passe mes soirées et mes après midi à farfouiner le web, lire des blogs et regarder des images. Je zappe et je regarde des programmes TV vraiment pas intéressant. Le samedi matin je vais au dressage avec mon chien (oui parce que j'ai un chien). J'achète des broutilles à 2 euros 50 qui me rendent euphoriques pendant presque 1 heure entière. Mais à part ça, je ne fais rien.
J'ai tenté le tricot. Je me suis fais un snood, et j'ai vite abandonné. J'ai un sac plein de pelotes, de livres, d'aiguilles, mais rien dans ma tête qui me donne envie de continuer.
Quand j'étais ado, je dessinais. A longueur de soirée et de journée. Aujourd'hui, j'ai plus de facilité à me concentrer devant la quotidienne de Secret Story, que devant mon bloc de croquis.
J'avais commencé à apprendre le HTML, mais les résultats étaient si minimes, que j'ai vite fait de me trouver des templates tout prêt à bidouiller.
Ensuite, j'ai fréquenté des bouddhistes, des soirées salsa, traîner dans une salle de sport, acheter des livres de cuisines, été au réunion Weight Watchers pendant 6 mois, mais rien ne m'a fait devenir la passionnée que je souhaite devenir.
Pourtant j'en croise des passionnées, et ça me donne vraiment envie. Une collègue fan de belles chaussures de créateur, une amie crocheteuse, un homme oenologue, une copine chanteuse, une sportive de haut niveau, une blogueuse mode ou beauté,... je voudrais toutes leurs vies. Alors je tente tout, à la recherche de ma petite flamme. Mais elle ne s'allume pas. Pas autant que lorsque je regarde Bridget Jones pour la millionième fois et que je ris aux éclats lorsqu'elle se tape la honte intersidéral au lancement de la Moto de Kafka.

Parfois je me rassure en me disant que ce n'est pas si grave, que finalement ma passion c'est de ne pas en avoir. C'est de cultiver ces moments cheap devant ma TV, mon PC et mes magazines people. Parfois je me dis que ce n'est pas grave de ne pas tout connaître sur la reproduction des bonobos. J'en sais des choses quand même ! Je sais comment entretenir mes cheveux. Je sais que mon bouledogue de chien est un gros têtu et que je ne suis pas sûre d'arriver à quelque chose de potable au dressage. Je sais que le jeudi à 20h50 c'est Masterchef sur TF1 et que le gagnant de X Factor s'est déjà volatilisé dans la nature.
Mais même si je me rassure en sachant ces choses là, parfois ça me manque, cette passion. Ce passe temps. Parce que parfois je m'ennuie. Je tourne en rond. Par exemple le dimanche après midi quand Hellocoton est en grève d'articles à la Une, que je suis lassée de re-regarder la énième redif de Deco sur Plug et que tous les magasins sont fermés.
Dans ces moments là, ça me manque de ne pas faire quelque chose de vraiment intéressant. Je parcours vos blogs, je vous envie un peu. Alors je cherche une nouvelle idée. Ce que je n'ai pas encore testée. Je ne suis peut être pas encore tombée sur THE truc ? La pâtisserie ? Ca fait grossir. Le sport ? C'est fatiguant. La lecture ? Pas facile de se concentrer devant la TV,...

Je trouverai. Je crois. Je pense. J'espère,... Ou peut être pas. Et si pas, est-ce vraiment grave ? De ne pas avoir une vie EXTRA ordinaire ? Faut il courir après ce genre de vie ? La raconter: "Aujourd'hui j'ai fait quelque chose de vraiment bien." Est ce ça le bonheur ?

Je n'ai pas de passion. En fait si, j'en ai peut être bien une. Faire des noeuds. C'est facile, on se prend la tête, on regarde au loin, et on fait des noeuds.

Et la tienne ? C'est quoi ?

♥ ♥ 

Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 3 septembre 2011

Les 10 commandements du cheveux abîmés

Je ne pensais pas le devenir, et pourtant, c'est arrivé. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, je suis devenue la spécialiste du cheveux abîmés. C'est un art que je me suis découvert. J'en suis presque fière.
Et si comme moi, tu veux une criniasse sèche et moche au point de devoir passer par la case "Alors mademoiselle, qu'est ce qu'on vous fait aujourd'hui ? On coupe tout ?", suis bien ces précieux conseils. Fourches et cheveux ternes, nous voilà !

  1. Le fer à lisser tous les jours tu utiliseras.
  2. Une décoloration intense tu subiras (surtout si tu es brune et que tu souhaites devenir Marilyn). Le must, le faire toi même tu tenteras et chez le coiffeur tu pleureras.
  3. 10 fois par jour tes cheveux tu brosseras.
  4. Des produits pas chers, plein de silicone et de paraben sur ta chevelure tu appliqueras. Assure toi, qu'aucun de ces produits, un bon soin réparateur ne seras !
  5. Une adepte du brushing tu deviendras.
  6. Tes cheveux tu crêperas et tu laqueras... Un joli chignon tu auras !
  7. Le gel, la laque, la mousse, la cire en abondance tu utiliseras.
  8. Tes pointes jamais tu ne couperas
  9. Sous l'eau chloré et/ ou salé ta tête tu noieras.
  10. Au soleil, aux UV et à l'air libre tes cheveux tu sécheras.

... En quelques semaines, tes cheveux seront tels, que toi aussi tu finiras avec cette petite coupe tendance dont tout le monde rêve, la p'tite coupe de piou-piou !


Crédit photo: Emma Watson / Hermione

♥ ♥ 
Rendez-vous sur Hellocoton !