jeudi 11 juillet 2013

Alors je te dis merci.

Hier soir j'ai été pas mal interpellée par l'article de StrangedRedHaired. Bien que le discours qu'elle tenait était un discours qui m'était familier, il a pas mal résonné dans ma petite tête de Sacoche. D'abord parce que j'adore le blog de Pauline, que cette fille est d'une adorablesse sans pareil, et surtout, parce que justement, sa façon d'être "visible" ne me reflète pas du tout. Elle a choisit de se montrer, d'être dans la lumière, alors que moi, j'en suis toujours à vouloir parfois me cacher. Elle arrive à s'en foutre des autres, alors que trop souvent pour moi, leurs avis comptent. Du coup, je me suis redemandé pourquoi, à un moment j'avais choisi cet anonymat. Pourquoi il y a 3 mois, lors d'une rencontre à Paris j'ai voulu montrer ma trogne, et pourquoi aujourd'hui je voulais me faire oublier à nouveau d'une certaine façon. Je me suis interrogée sur ma sensibilité, ma vision des choses. Et ces pensées ne m'ont pas quittées de la journée. Elles n'apportaient pas de malaises, pas de tristesse, juste du constat. Du pourquoi. Du comment.

Il y a deux ans, un peu avant l'ouverture de ce blog, j'étais dans un état de vie en dent de scie. Très en haut, très en bas. Très heureuse, très malheureuse. Autant c'était pénible pour mon entourage, autant c'était pénible pour moi. C'est pour ça, à ce moment là que j'ai ouvert ce blog. Je voulais m'exprimer, sortir mes pensées, écouter, recevoir des conseils. Etre jugée par des gens que je ne connaissais pas. Je ne te parle pas du jugement négatif, non, mais de l'objectivité. Partager parfois mes drôles de pensées de nana avec d'autres nanas, parce que ce dont je me rends compte, c'est qu'on est toutes fait pareilles, à nous retourner le cerveau à longueur de journée. Je ne voulais juste pas qu'on sache qui je suis, pas par honte, mais par pudeur. Petit à petit, en continuant le chemin de ce blog, j'ai ouvert des portes que je ne pensais pas ouvrir : le coaching et la bibliothèque. Lire, encore et encore et encore. Chercher dans ces livres où se cachait le bonheur. 

Doucement, à force de lecture, j'ai retrouvé un équilibre. Au début, il était assez fragile. Il était comme un nouveau vernis que tu achètes. Tu le contemples sans pouvoir t'arrêter. Tu le bichonnes, tu le portes tout le temps. Tu en parles à tout le monde : "Regardez comme il est beau, regardez comme il me va bien". Et puis, ton équilibre s'installe. Ta collection s'agrandit, et tout cela devient quelque chose de normal. Quelque chose qui fait partie de toi, et c'est sûre, tu ne peux plus revenir en arrière. D'ailleurs tu n'en a pas envie. 

De ce principe, je me suis attachée à une ligne assez "sévère". Ici, j'ai envie de parler de joie, de bonheur, de futilités. De ce qui me fait du bien. Ici, j'ai envie de sourire, de papoter, de découvrir. Ici, ce sera du positif, et rien que ça. J'ai décidé de ne pas laisser la place aux râleries. Je ne suis pas ce genre de blogueuse qui mènera sa vendetta de par son blog. Je ne prendrai jamais en exemple un article ou une blogueuse que je n'apprécie pas, pour venir ici, ou sur les réseaux sociaux, lui dire ma façon de penser. J'ai découvert que des gens se donnaient déjà un malin plaisir à le faire, et tu sais, plus j'avance, plus ces gens m'insupportent. Plus mon degré de tolérance envers eux revient à zéro. Plus je perds ma patience....

... et plus ça me touche aussi.

Oui, je suis devenue intolérante. Intolérante envers les râleurs, les "jamais contents", et les "vils-méchants-sans-savoir-vivre". Je ne vais pas te mentir, certains d'entre eux m'ont touchées. Parce que leurs râleries, leurs critiques m'ont atteint, m'ont énervées. Seulement, je me suis surtout rendue compte, que rien ne sert de s'énerver, on ne les changera pas. Ils font partie de ce monde, ils font partie de cet équilibre. Du Ying, du Yang. De tout ça. Ils sont là pour t'apprendre à te relever, à te dépasser. A te poser des questions... Grâce, oui, grâce, à eux, j'ai changé mon fusil d'épaule. Je me suis questionnée, j'ai découvert ou redécouvert des gens, des autres choses. J'ai appris à me calmer, intérieurement. Alors certes, j'écris moins. Je me dévoile moins. Mais c'était peut être ça aussi la leçon à tirer. Sur un blog humeur, on n'a pas toujours des choses à dire, on a pas toujours envie de parler de la "vie". Parfois on veut juste être futile, se taire.

Alors, aussi surprenant que cela puisse paraître, j'ai envie de dire merci à tous mes détraqueurs. Ceux là du net, ceux là de la vie réelle. Je voudrais pouvoir leur dire que je leurs pardonne, mais je suis encore bien loin d'avoir ce degré de sagesse. Je continuerai à être celle que je suis, à mener ma route, non pas à trouver "le truc qui cloche" mais bien "la paix". 

Et puis surtout, je voulais dire merci à Pauline, pour son article qui m'a remué...



♥ ♥ 

Crédit photo : We heart it
Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires :

  1. Coucou bichette !
    J'ai beaucoup aimé ton article et du coup je suis allée lire celui de StrangedRedHaired. Et je m'y suis retrouvée c'est rigolo !!!
    Je pense que chacune a une histoire qui accompagne son blog et sa propre raison de l'avoir fait.
    Le tout étant de respecter les limites de chacune !!!
    Lorsqu'on dévoile son visage c'est laisser l'autre avancer un peu plus vers soi, c'est donc normal d'avoir envie de se protéger !!
    Plein de bisous ma chérie, et au plaisir de se rencontrer un jour !!! ^^ <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu résumes relativement bien ce que j'ai voulu dire en tout un article ^^
      Tu aurais du répondre pour moi à l'article de Pauline :p

      Supprimer
  2. La méchanceté envers ta personne ne te touchera plus le jour où tu prendras la mesure que ces personnes emplies de haine sont en réalité dans une grande souffrance.
    Ce n'est pas toi qui est en tord lorsqu'ils t'attaquent. C'est leur colère et leur souffrance qu'ils déversent sur toi, parce qu'à un moment, tu leur as entrouvert la porte pour qu'ils se soulagent.
    Depuis le jour où j'ai pu et su faire cette lecture de la haine, j'ai trouvé la paix intérieure dans mes relations sociales.
    (je ne suis pas Bouddha non plus, mais enfin je suis beaucoup plus sereine. Je n'ai plus besoin de pardonner, puisque je ne donne plus l'occasion que l'on me fâche. Quel apaisement!)
    Bisous bella.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me dis, mais le plus souvent c'est comme si je me le disais pour me rassurer, par espèce de vengeance (genre "tte façon si un tel dit ça c'est pcq il est mal")
      Mais dans un premier temps ça ne me console pas.

      Comme tu dis, je dois en prendre conscience et vire en paix avec ça

      Supprimer
  3. Coucou :)
    Je suis carrément d'accord avec ce que tu nous a raconté !
    J'ai jamais compris l'intérêt de critiquer méchamment et anonymement (le pire c'est de ne pas assumer) juste pour faire mal. Quand t'aimes pas un article ou une blogueuse tu passes ou alors si il y a quelque chose d'incohérent, car cela peut arriver, tu le dis et normalement la blogueuse ne se sent pas agresser.
    Mais non, c'est tellement plus simple de critiquer. Y a même des forum où des pré-ménopausées ou même blogueuses critiques sur toutes les blogueuses méchamment. Ce jour où j'ai découvert ces forums j'ai même été surprise de retrouver une ou deux blogueuses critiquant des nanas qu'elle "vénèrent" sur twitter et leurs blogs.
    Depuis ce jour là je me dis juste qu'il faut que je laisse passer et que de toute façon elles ont une pauvre vie et que cela les occupe bien de faire leur copinage de pestes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui c'est comme ça. Comme je dis, on y peut rien. Alors il faut essayer de passer au dessus, retenir le positif quand c'est possible.
      Mais bon, c'est jamais facile à appliquer. Je sais pas encore bien comment m'y prendre pour y arriver.

      Supprimer
  4. C'est art ile est très émouvant j'ai beaucoup aimé. J'aime passer par ici et lire les futilités de la vie ou les choses plus profondes. Pleins de courages a toi des bises :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et j'aime bien que tu passes ici.
      Enfin, que vous y passiez tous à votre façon ;)

      Supprimer

Toi aussi, laisse traîner ta plume !